-

Le parcours des anciens diplômés
en DSAA design de produits au LAAB

 


Les ancien.ne.s étudiant.e.s de DSAA Design mention produit relatent leur expérience de designer suite à leur diplôme de DSAA et reviennent ici sur leur parcours.

 


En réponse à quatre questions, les diplômés expliquent leur démarche et partagent leur point de vue sur le design… L'occasion de revenir sur dix années d'existence du DSAA au LAAB, et dix promotions de diplômés !
Merci à eux.elles d'avoir pris le temps de nous faire connaître leur itinéraire…

 


Pierre-Félix SO, diplômé en 2015

 

Comment te définis tu en tant que designer ? Quelle est ta démarche ? Quelles finalités vises-tu ?


Dur de se définir en tant que designer, c’est une question qui est toujours au dessus de ma tête et je me remets constamment en question. Mais je pense que cela fait partie du métier de designer, ou alors je n’ai pas encore trouvé exactement ce que je veux être (ce qui n’est pas une mauvaise chose, cela prends juste du temps). Ma démarche c’est d’être toujours très à l’écoute et empathique, pour essayer d’anticiper ou de deviner les intentions derrière un brief, un client, etc. Et surtout d’adapter ma démarche en conséquence. Je n’ai pas vraiment de finalité, tant que je suis heureux et stimulé dans mon travail cela me suffit 🙂

 

Que retiens-tu de ta formation en DSAA (plus ou moins sérieusement) ?
Que t'a apporté le DSAA au LAAB ?


J’en retiens d’excellents souvenirs, deux des plus belles années de ma scolarité. Un enseignement exigeant mais toujours innovant et intéressant. J’ai particulièrement apprécié la taille des promos, avoir un(e) enseignant(e) pour 10 personnes c’est rare et c’est vraiment un plus! Beaucoup de travail certes, mais toujours bien pensé. Un véritable engagement et passion de la part de l’équipe enseignante que j’ai toujours apprécié.

Le DSAA m’a apporté une vraie façon de réfléchir et de penser le design. Une constante remise en question, pousser toujours plus loin même si on pense avoir trouvé la bonne solution. Dans le monde professionnel on a malheureusement pas autant de temps pour se pencher sur des questions de design. Mais avec la pratique et l’enseignement reçu cela devient une habitude, un savoir être qui s’applique naturellement.

 

Quel est ton parcours depuis ta sortie du DSAA au LAAB ?

Juste après le DSAA j’ai pris une pause de deux mois, ce que je recommande vivement ! J’ai ensuite travaillé trois mois en tant que scénographe à l’Institut Français du Design. Puis j’ai trouvé un stage à Londres au Design Laboratory, après 6 mois j’ai été embauché en tant que junior designer. Je suis resté 3 ans dans cette agence où j’ai beaucoup appris. Puis l'opportunité d'intégrer la startup Analog Motion s’est présentée à moi. Et cela fait maintenant 2 ans que je travaille en tant que designer dans cette startup qui conçoit et fabrique des vélos électriques.

 

Quel plaisir/fierté tires-tu de ta pratique de design actuelle (ou en devenir) ?

Le plaisir vient surtout de la recherche constante de stimulation créative. Avec le temps j’ai réalisé qu’être designer - voire le design de manière générale - c’est surtout une façon de penser. Trouver des solutions, s’adapter constamment, c’est un challenge qui me plaît. La plus grande force d'un designer, c’est sa capacité d’adaptation ; ce qui fait qu’il est très facile de jongler entre différents projets, voire même entre disciplines. Et cette capacité rend chaque nouveau boulot, projet ou tâche plus excitante.

http://www.pierrefelixso.com/
https://www.behance.net/pierrefelixso